A la une

Les 24 heures du Jazz sont nées d’une volonté de la Fédération Française de Danse :

  • de donner une visibilité à la danse jazz en France,
  • de transmettre son histoire aux jeunes danseurs à l’aide de conférence et d’atelier répertoire,
  • de travailler technique et interprétation avec des Master class.
  • de croiser professionnels et amateurs.

PRINT Affiche Jazz 24 Jazz 2018Chaque année, un éclairage est porté sur un chorégraphe invité qui propose sa création en cours ou une reprise d’une de ses pièces. Cette année, James Carlès est invité et présente sa pièce Psaumes#2 Happi, la tristesse d’un roi - solo d’Heddy Maalem pour et avec James Carles / scénographie, costumes de Rachel Garcia.

Master Classes avec Claude Aymon et Soisig Lefrene Madieu, Répertoire avec James Carlès apprentissage des variations en vue du Championnat de France de danse jazz 2020.

Ce week-end s’intègre dans une programmation plus large "Jazz dans la ville 3" réunissant musique et danse sur la ville de Martigues. Cette manifestation est organisée par la Fédération Française de Danse en partenariat avec la ville de Martigues, le Comité Régional de danse Paca et le Comité Départemental des Bouches-du-Rhône.

Télécharger le flyer de présentation.

Télécharger le bulletin d'inscription.

Proposer aux enseignants participant au championnat de France de danse jazz, un accompagnement à l’écriture chorégraphique spécifique jazz a été le souhait de l’équipe de danse artistique pour 2019. Trois jours pour revoir les notions fondamentales, « dé-tisser » les habitudes souvent présentes dans les chorégraphies de danse jazz rendant la composition assez statique (frontalité, symétrie, obéissance à la musique, vocabulaire non en équilibre avec l’engagement sensible du corps) et travailler la relation musique danse.

Image2jazzPatricia Karagozian a proposé un cours technique chaque matin pour offrir l’expérience de l’accompagnement de Jean Luc Pacaud, dans les très beaux studios du conservatoire musique et danse Pablo Picasso de Martigues. Le cours a été suivi de différents ateliers permettant d’expérimenter des notions importantes et notamment la notion du silence corporel, bien souvent absente des chorégraphies jazz.
Obliger le danseur jazz à sortir de certaines habitudes rythmiques, rentrer dans la musicalité jazz, travailler la méthode O Passo proposée par Jean-Luc Pacaud, comprendre la syncope, tout en gardant la forme jazz, ont été les enjeux de ce stage.

Certains professeurs ont exprimé la difficulté à retrouver un vrai travail sur la musicalité jazz depuis leurs formations DE car dans les “grands stages” la rythmicité n’est pas toujours transmise alors qu’elle est essentielle à la danse jazz.
Pour tous, la difficulté était d’assimiler la méthode O Passo et le besoin de continuer ce travail a été évoqué en répétition. Le binôme Jean Luc/ Patricia a permis de tisser la relation musique / danse dans une identité jazz, offrant aux stagiaires un vrai retour aux sources! Sans oublier le respect de la philosophie du jazz ... célébrer l’individu dans un projet collectif.
Une première dont la continuité a été fortement demandée par les participants présents.

25 participants - 3 régions représentées (Auvergne / Paca/ Occitanie)
Intervenants : Patricia Karagozian / Jean-Luc Pacaud
Conservatoire musique et danse Pablo Picasso _Martigues

Dans le cadre des tremplins pré-professionnels que la Fédération Française de Danse propose aux danseurs voulant s’engager dans une voie professionnelle depuis maintenant plusieurs années, l’équipe des danses artistiques continue de mettre en place des partenariats avec certaines institutions, chorégraphes ou accompagne financièrement des danseurs pour présenter des auditions à l’international.

Noémie Langevin et Esteban Appesseche de l’école Maité Langevin de Bordeaux avaient été repérés par le jury des Rencontres chorégraphiques nationales 2019. Ils ont ainsi été accueillis gratuitement au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers en auditeur libre pendant une semaine d’immersion avec la promotion 5 de l’Ecole, l’hébergement étant également pris en charge.
Ils ont pu suivre chaque jour la classe du matin et l’atelier de Sylvia Bidegain, la classe technique avec Robert Swinston (Directeur artistique) et participer avec les classes de deuxième année à la recréation de « Noce » d’Angelin Prlejocaj.
A noter que Leila Cabrera de la Réunion elle aussi sélectionnée à l’issue des nationales a dû renoncer à y participer pour des raisons d’organisation.

Le 3° stage national de composition chorégraphique s’est déroulé à la Cité Internationale de la danse de Montpellier les 19 20 et 21 octobre dernier. Lieu emblématique de la danse puisqu’il accueille depuis 39 ans un Festival International de Danse où les chorégraphes du monde entier sont venus présenter leurs créations.


Image1

Comme chaque année ce stage a été offert aux enseignants médaillés des Rencontres Chorégraphiques engagés dans les processus de composition et participant aux évènements fédéraux. Cette troisième édition constitue un temps unique proposé aux professeurs de danse, accompagnés de deux ou trois de leurs élèves, pour travailler la composition chorégraphique. Croisement des enseignants de régions différentes, les trois jours leur ont assuré une véritable formation continue, un temps de ressource important pour élargir leurs pratiques quotidiennes autour de la création.

Le thème choisi traitait de l’écriture comme processus de transformation de la matière. Préparation corporelle, ateliers du regard permettant de regarder de courtes pièces, improvisation et composition, échanges et apports méthodologiques ont ouvert les processus de travail propres à l’élaboration de la matière chorégraphique. La thématique transversale « Lieux et espaces imaginaires », depuis le geste dansé jusqu’à l’appropriation du très bel endroit, lieu du stage, a offert aux danseurs un espace spécifique porteur d’imaginaires différents.

La très grande qualité des intervenants, Jean-Christophe Paré (Ex danseur de l’Opéra national de Paris – Inspecteur pour la danse et coach de chorégraphes) et Christine Jouve (chorégraphe et interprète) et une co-animation riches de partages ont fait de ce stage une belle réussite.

27 participants- 5 régions représentées (Nouvelle Aquitaine/ Bretagne / Paca/ Occitanie / Normandie)
Intervenants Jan Christophe Paré/ Christine Jouve
Agora Cité Internationale de la Danse _ Montpellier

 

C'est officiel : l'arrêté ministériel du 25 septembre 2019 reconnaît le caractère haut niveau de la discipline sportive breaking (plus connue sous le nom de breakdance).

La Fédération Française de Danse (FFDanse) se réjouit de cette nouvelle, qui est une étape supplémentaire pour la reconnaissance de la danse en tant que sport d'excellence. Le breaking rejoint ainsi les "sports de danse de couple", selon la dénomination du Ministère des sports (latines&standards).

Télécharger l'extrait du Journal officiel sur le breaking reconnu en sport de haut niveau.

Pour plus d'informations sur le sport de haut niveau, suivez ce lien.

Désormais, la FFDanse se prépare pour le rendez-vous historique des Jeux Olympiques 2024, qui représenteront une opportunité unique de valoriser, à travers le breaking, "la danse, toutes les danses," auprès du grand public. 

martin breaking web

FFDanse
MarianneSports_Q LOGO_CULTURE LOGO-CNOSF_Membre